Quelle différence entre pacemaker et défibrillateur implantable ?

Quelle différence entre pacemaker et défibrillateur implantable ?

Il existe différents types de troubles cardiaques. Certains se soignent par l’implantation de pacemaker (stimulateur cardiaque) ou de défibrillateur automatique (DAI). En effet, si ces 2 dispositifs médicaux délivrent tous 2 des décharges électriques au cœur, leur usage thérapeutique reste différent. Le point sur les différences entre le pacemaker et le DAI.

Le pacemaker : pour quel trouble cardiaque ?

Pour différentes raisons, le cœur peut se mettre à battre moins vite que la normale. On parle alors de bradycardie : un ralentissement excessif de la fréquence cardiaque (moins de 60 battements par minute). Ce ralentissement peut entrainer des malaises ou des syncopes. C’est là que le pacemaker intervient ! Il va stimuler le cœur en lui envoyant une impulsion électrique.

Même si l’intervention chirurgicale pour la pose d’un pacemaker n’est pas lourde, son implantation n’est préconisée que lorsque le ralentissement cardiaque ne peut être corrigé par la seule prise de médicaments. À part cela, il arrive que le pacemaker soit recommandé pour les personnes souffrant de grave insuffisance cardiaque (incapacité du cœur à alimenter l’ensemble de l’organisme en sang généralement due à un rétrécissement des artères coronaires), une pathologie assez courante chez les personnes âgées.

Le DAI : un pacemaker avec des fonctionnalités plus poussées

Le DAI est un pacemaker avec des fonctionnalités plus poussées. En effet, le DAI est capable de reconnaitre et traiter certains troubles du rythme cardiaque pouvant entrainer la mort subite. Donc, en plus d’être capable de traiter le ralentissement trop important du cœur (bradycardie), il peut également traiter le rythme trop rapide (tachycardie).

AUTRE LECTURE :   Dossier CHSCT : les défibrillateurs sur les lieux de travail

Le DAI analyse le rythme cardiaque via des sondes connectées au cœur. Grâce à son algorithme, il identifie la nature du trouble et déclenche la stimulation électrique adéquate pour y mettre fin. Il intervient même en cas de fibrillation ventriculaire en délivrant une décharge électrique plus importante.

Se faire implanter un pacemaker ou un DAI : des conséquences sur la vie quotidienne ?

Quand on se fait implanter un pacemaker ou un DAI, on mène « presque une vie normale ». Pour dire que ces dispositifs médicaux ne modifient pas significativement la vie au quotidien. Il faut juste prendre certaines précautions pour limiter les risques de dysfonctionnement et optimiser la durée de vie du dispositif :

  • Quand vous passez un examen médical, n’oubliez pas de préciser que vous êtes un porteur de pacemaker ou de DAI ;
  • Évitez d’utiliser les appareils électroniques en mauvais état de marche ;
  • Évitez de vous exposer à des champs magnétiques ou des champs électriques intenses ;
  • Mettez une distance d’au moins la longueur d’un avant-bras entre vous et la source potentielle d’un champ électrique ;
  • Ne mettez jamais votre téléphone dans la poche à côté de votre pacemaker ou de votre DAI. De plus, téléphonez de l’oreille opposée à votre dispositif ;
  • Évitez certains facteurs de risque potentiellement modifiables des maladies du cœur : tabagisme, obésité, faible consommation de fruits et légumes, alcoolisme… ;