Implanter un défibrillateur : pour qui et pour quoi ?

Implanter un défibrillateur : pour qui et pour quoi ?

Avec l’aide du défibrillateur automatique implantable (DAI), de nombreuses vies sont sauvées. Pour rappel, ce dispositif médical a pour principale fonction de traiter certains troubles du rythme cardiaque. Toutefois, il n’est pas fait pour tout le monde et n’est destiné qu’à un type particulier de patients. Ce sont généralement les personnes qui ont un problème au cœur ou qui ont survécu à la suite d’un arrêt cardiaque.

Fonctionnalité et rôle du DAI

Le DAI est un type de stimulateur cardiaque dont la principale fonctionnalité est de traiter une fibrillation ventriculaire. Pour rappel, une fibrillation ventriculaire est une série de contractions (presque des vibrations) très rapides et inefficaces des ventricules dues à un dérèglement des impulsions électriques qui contracte le cœur. La fibrillation ventriculaire entraine une perte de conscience et conduit très vite à la mort en l’absence d’une prise charge rapide.

Le DAI permet toutefois de traiter ces troubles. Lorsqu’il détecte une fibrillation qui engage le pronostic vital, il envoie une ou plusieurs décharges électriques internes au cœur que le patient ressent très clairement. Ces décharges permettent de rétablir un rythme cardiaque normal et régulier. Cet appareil est une vraie prouesse technologique car il sauve de nombreux patients touchés par ce type de trouble cardiaque.

AUTRE LECTURE :   Fibrillation cardiaque : à l’origine de 50 000 décès par an

DAI : pour qui ?

Le DAI ne s’adresse pas à tout le monde. Il n’est proposé qu’à des patients particuliers :

  • Si vous avez survécu à un arrêt cardiaque, l’implantation de ce dispositif peut vous être indiquée après considération de l’origine de l’arrêt et détermination du risque de récidive ;
  • Le DAI peut également être recommandé comme mesure de prévention aux personnes ayant un problème au cœur susceptible de causer un arrêt cardiaque. Cela concerne également certains types d’insuffisances cardiaques et certaines maladies touchant le muscle cardiaque.
  • Enfin, l’implantation d’un DAI est à proscrire lorsque l’espérance de vie du patient est inférieure à une année ;

Efficacité et risque

Le DAI a depuis longtemps fait ses preuves, si l’on considère les nombres de vies qu’il a sauvées depuis son introduction en 1980 à nos jours. En effet, de nombreuses études scientifiques ont mis en évidence que ce dispositif permet de diminuer la mortalité dans des situations bien précises. Pour illustration, chez les personnes ayant survécu à un arrêt cardiaque et qui ont reçu par la suite un DAI, le taux de mortalité diminue jusqu’à 60 % en comparaison avec les patients présentant les mêmes caractéristiques mais ne portant pas de DAI.

Malgré cette efficacité, il est important de noter que le DAI n’est pas sans faille : le risque de décharges inappropriées est assez important. Il y a choc inapproprié lorsque le DAI envoie une décharge alors qu’il ne le devrait pas. Si l’on en croit les chiffres, ce phénomène concernerait 15 % des porteurs de DAI. Il va sans dire que la situation est particulièrement difficile à vivre et peut devenir une source de stress importante. Mais que l’on ne s’alarme pas, le problème peut généralement être résolu avec des modifications de programmation.